15 janvier 2015

L’AEFNB exhorte le gouvernement à agir de façon prudente et éclairée pour veiller à la vitalité des communautés francophones et acadiennes

Communiqués de presse

(Service de nouvelles de l’AEFNB ‐ Fredericton) – L’Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau‐Brunswick (AEFNB) se dit préoccupée des répercussions possibles de la révision stratégique des programmes gouvernementaux, notamment pour la communauté acadienne et francophone.

« Même si le gouvernement nous assure qu’il ne touchera pas à la dualité en éducation, il devra faire preuve de vigilance dans ses choix et manifester un intérêt réel en ce qui a trait au respect de ses engagements politiques et ses obligations constitutionnelles envers la communauté francophone. Sur quelle base va‐t‐il prendre ses décisions? Les consultations publiques permettront‐elles à la communauté de s’exprimer ou serviront‐elles à valider des décisions préétablies par les instances politiques? Le gouvernement est‐il également ouvert à des stratégies alternatives? Les francophones, les enseignantes, les enseignants et les élèves de la province ne peuvent pas et ne doivent pas être à nouveau les cibles d’une situation budgétaire difficile », affirme Philippe Cyr, président de l’AEFNB.

L’AEFNB se dit également alarmée par le sort que réserve le gouvernement aux fonds recommandés pour l’enveloppe égalitaire en éducation et la mise en oeuvre de la Politique d’aménagement linguistique et culturel (PALC). Par ailleurs, devant l’attente croissante et inacceptable de l’octroi de fonds qui faciliteront la réalisation du mandat culturel et identitaire de nos écoles francophones, l’Association incite fortement le gouvernement à se hâter et à emboiter le pas pour voir à l’épanouissement et au rayonnement des communautés francophones.

Pour le président de l’AEFNB, l’idée de fermer des établissements ou de privatiser certains secteurs d’activités en éducation pour le seul motif de réaliser des économies n’est pas une stratégie gagnante 2 pour le développement à long terme de nos communautés et de nos enfants. « Le futur de nos enfants et de notre communauté est peut‐être en train de se jouer. Nous sommes inquiets de ce que l’avenir nous réserve » de conclure Philippe Cyr.

L’AEFNB a pour mission de favoriser l’avancement de l’éducation en français, de représenter les intérêts de la profession enseignante et de valoriser la langue et la culture françaises. Elle représente quelque 3 000 enseignantes et enseignants oeuvrant dans les écoles publiques de la maternelle à la douzième année.

– 30 –

Communiqué de presse
Référence : 2015-01
Date : Le 15 janvier 2015
Cote : 1070-02

Relations avec les médias
Sylvain Lavoie, Directeur des communications
sylvain.lavoie@aefnb.ca
T. 506-452-1743 • C. 506-478-8891