27 mars 2015

Le ministre Rousselle navigue-t-il à l’aveuglette?

Communiqués de presse

(Service de nouvelles de l’AEFNB – Fredericton) – L’Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick croit que le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance fait preuve d’une incompréhension flagrante de la réalité du système scolaire en proposant une réduction du nombre de postes d’enseignants. Nous l’exhortons donc à éliminer cette stratégie de son calepin.

« Il y a une incohérence évidente dans le discours du ministre depuis quelques jours. D’une part, il souhaite apporter de la stabilité au système et mettre l’accent sur la littératie et la numératie et, d’autre part, il ne fait que déstabiliser le personnel enseignant en soulevant des suppressions de postes ou l’élimination de journées de perfectionnement. Si c’est de cette façon qu’il souhaite montrer sa confiance au professionnalisme des enseignantes et enseignants, en discutant de ces dossiers par médias interposés, c’est raté. Le ministre semble davantage s’occuper des finances publiques plutôt que de s’intéresser au sort des élèves de la province », affirme le président de l’AEFNB, Philippe Cyr.

L’AEFNB rappelle au gouvernement que la communauté francophone attend avec grande impatience un engagement réel quant à l’enveloppe égalitaire. Si le gouvernement se préoccupe véritablement des élèves, il doit faire les investissements stratégiques nécessaires en éducation et respecter ses obligations constitutionnelles. Par ailleurs, la révision de la politique 409 proposée par le gouvernement ne tient compte que de l’aspect économique, ce qui risque de provoquer un impact plus grand chez la communauté francophone qui se situe majoritairement en milieu rural.

« Quoique le ministre se dise fier du système scolaire inclusif, il ne semble toutefois pas conscient des effets négatifs que pourrait entrainer la réduction des services de qualité offerts aux élèves en éliminant des ressources de première ligne. Le ministre tente-t-il de mettre sous le feu des projecteurs un nouveau dossier afin de faire oublier le scandale entourant ATCON ?», conclut le président.

L’AEFNB a pour mission de favoriser l’avancement de l’éducation en français, de représenter les intérêts de la profession enseignante et de valoriser la langue et la culture françaises. Elle représente quelque 3 000 enseignantes et enseignants oeuvrant dans les écoles publiques de la maternelle à la douzième année ainsi que les enseignantes et enseignants suppléants.

– 30 –

Communiqué de presse
Référence : 2015-05
Date : Le 27 mars 2015
Cote : 1070-02

Relations avec les médias
Sylvain Lavoie, Directeur des communications
sylvain.lavoie@aefnb.ca
T. 506-452-1743 • C. 506-478-8891