11 septembre 2015

Enveloppe égalitaire en éducation: l’AEFNB passe en 2e vitesse

Communiqués de presse

Enveloppe égalitaire en éducation: l’AEFNB passe en 2e vitesse

(Service de nouvelles de l’AEFNB – Fredericton) – L’Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick (AEFNB), l’Association francophone des parents du N.-B. (AFPNB), la Fédération des jeunes francophones du N.-B. (FJFNB), le Conseil d’éducation du District scolaire francophone Sud ainsi que madame Chantal Varin, parent ayant droit, iront devant les tribunaux pour résoudre le litige qui les oppose au gouvernement du Nouveau-Brunswick dans le dossier de l’enveloppe égalitaire en éducation.

Selon le président de l’AEFNB, Marc Arseneau, le refus du gouvernement Gallant de participer à un processus de médiation pour tenter de régler ce litige est la goutte qui fait déborder le vase. « Depuis le début de nos démarches dans ce dossier, nous avons été de bonne foi avec le gouvernement. Toutefois, nous sommes forcés d’admettre qu’en refusant de s’asseoir avec nous pour dénouer l’impasse, le gouvernement nous signifie que la Cour demeure la seule option pour faire valoir les droits linguistiques et constitutionnels de la communauté acadienne et francophone de la province. Nous avons donc donné le mandat à nos avocats de déposer une poursuite à la Cour du Banc de la Reine dès aujourd’hui », explique M. Arseneau. La poursuite a d’ailleurs été déposée cet après-midi à la Cour du Banc de la Reine à Moncton.

Plusieurs documents produits depuis 2008 font état des besoins en matière de financement et des défis particuliers de l’école francophone. Pour atteindre l’égalité réelle en éducation, l’économiste Pierre-Marcel Desjardins a prouvé qu’un montant s’élevant à 11,5 millions était nécessaire pour pallier le manque à gagner. Or, le gouvernement n’a offert que 2,5 millions dans son dernier budget, ce qui est nettement insuffisant. « Les francophones subissent des torts irréparables depuis trop longtemps, car ils n’ont pas accès à une éducation de qualité équivalente à celle de la majorité officielle en raison du manque flagrant de ressources matérielles, financières et pédagogiques dans les écoles. Nous ne pouvons plus accepter cette situation. Cette bataille, c’est pour nos enfants, pour l’avenir et la survie de nos communautés acadiennes et francophones que nous la menons avec nos partenaires », indique le président de l’AEFNB.

L’AEFNB et plus de vingt différents organismes représentant au-delà de 200 000 citoyennes et citoyens à l’échelle provinciale se donnent comme mandat de mener jusqu’à son terme cette lutte pour l’obtention de l’enveloppe égalitaire. L’Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick et ses partenaires ont donc la ferme intention
de s’investir activement pour cette cause. Il est cependant très dommage que le gouvernement ne montre pas la même ferveur pour les francophones de la province.

« Le gouvernement a choisi de faire fi de ses obligations constitutionnelles et ne semble pas se soucier des torts irréparables subis depuis des décennies par la communauté acadienne et francophone », conclut M. Arseneau.

L’AEFNB a pour mission de favoriser l’avancement de l’éducation en français, de représenter les intérêts de la profession enseignante et de valoriser la langue et la culture françaises. Elle représente quelque 3 000 enseignantes et enseignants œuvrant dans les écoles publiques de la maternelle à la douzième année ainsi que les enseignantes et enseignants suppléants.

– 30 –

Communiqué de presse
Référence : 2015-17
Date : Le 11 septembre 2015
Cote : 1070-02

Relations avec les médias

Sylvain Lavoie, Directeur des communications

sylvain.lavoie@aefnb.ca

Tél.: 506-452-1743

Cell.: 506-478-8891