Cycle biennal – un bilan sous le signe de la réussite

Suivant ses procédures habituelles ayant pour but de maximiser l’impact de ses actions et de ses événements, l’AEFNB s’est donné le mandat de jeter un regard rétrospectif sur les initiatives lancées au cours des deux dernières années. Puisque le tout premier cycle biennal (2016-2018) est déjà chose du passé, le début de la présente année scolaire est propice à l’évaluation des actions posées et de leurs retombées au cours de cette période de renouveau.

Premier constat : une conduite de changement conforme aux pratiques éprouvées

Suivant la littérature scientifique traitant du changement organisationnel, un certain nombre d’étapes et de paramètres devraient être suivis et respectés pour mener à bien des transitions de telle nature. L’AEFNB, soucieuse d’adopter des pratiques qui ont déjà fait leurs preuves, peut se féliciter d’avoir conduit un changement conforme à certains modèles théoriques, dont la méthodologie CAPTE proposée par Bareil, Charbonneau, Baron (2016).

Deuxième constat : une transition efficace et efficiente

C’est un changement organisationnel majeur qui a été mis en œuvre au cours des dernières années. L’AEFNB a réussi à traduire ses intentions en actions concrètes qui ont été posées avec efficacité et efficience. Il est possible d’en faire la démonstration par l’évaluation d’indicateurs-clés concernant les processus de planification, de communications, de mobilisation et d’appropriation, d’accompagnement et de mise en œuvre.

Troisième constat : des retombées à la mesure des ambitions

Les architectes du cycle biennal avaient de grandes ambitions en matière d’impact et de retombées des initiatives. Le bilan saura les réjouir, car les résultats des sondages administrés aux instances et aux membres sont spectaculaires. Le degré de satisfaction à l’égard du cycle biennal est très élevé et les commentaires partagés font état d’une réussite sur toute la ligne. Bravo!